Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 11:30

IMGP1112.JPG

 

J'avais un besoin urgent d'une crème hydratante de qualité. En effet, je suis en ce moment en plein "débarras des produits kkbeurk", qui avaient fini par envahir ma salle de bain. Oui, on n'est pas cosmeto addict pour rien, chéri pourra témoigner de l'encombrement de la salle de bain... Et donc comme il faut tout finir par un bout, il faut bien aussi finir ce qui n'est pas vraiment le top de la qualité. Je déteste jeter... C'est ainsi que je me suis retrouvée avec une crème hydratante pas assez hydratante pour mon front. Je rajoute donc une couche de crème sensée être bien hydratante sur ledit front. Et paf, bonjour boutons mais aussi déshydratation... Damned.

Au bout de plusieurs semaines à ce régime, je n'en peut plus. Il me FAUT une crème bien hydratante et bien matifiante en même temps! Je me lance donc dans mes chaudrons, et une crème de plus dans la salle de bain (mais une Flore contente dans l'appart!).

Mes critères étaient simples (sisisisi!), il fallait que:

  • elle soit légère (j'ai à la base la peau grasse)
  • elle soit hydratante sur le long terme (oui car ma peau est grasse ET déshydratée)
  • elle soit traitante 
  • elle soit matifiante
  • elle soit apaisante (j'ai aussi tendance à avoir la peau irritée, rougeurs)

Ouais, le cahier des charges est chargé.

J'ai donc décidé d'utiliser l'olivem mon bien aimé comme émulsifiant. Avec lui, j'étais assurée d'avoir une hydratation sur la durée, vu que sa structure en feuillets libère les actifs tout au long de la journée. De plus, l'olivem est parfait pour une formule peu chargée en gras (j'ai choisi ici 10% de gras), et donne une crème qui pénètre rapidement sans sensation de gras. Pour ne rien gâcher, il est très facile d'emploi. Adopté.

Pour la phase grasse, j'ai choisi des huiles séches réputées pour calmer les sécrétions de sébum, associées à d'autres aux vertus calmantes: 

  • l'huile de yangu, séborégulatrice, matifiante, non grasse et offrant en plus une protection contre les UV (je ne crache pas dessus, même si le soleil des Vosges a commencé son hivernation...)
  • l'huile de melon de kalahari, régule l'hydratation et la production de sébum, non grasse
  • un macérat de Lys sur tournesol, éclairci le teint et apaise les peaux sensibles
  • l'huile d'Inca Inchi, véritable trésor très riche en oméga 3 et 6, non grasse, calme les rougeurs et les irritations, améliore la microcirculation (pour une peau grasse, c'est toujours bon à prendre), limite la déshydratation.

J'ai calculé les pourcentages de façon à avoir un équilibre entre les oméga 3, 6 et 9. L'Inca Inchi vient contrebalancer les autres huiles, plus riches en oméga 9. Et pour protéger les huiles de melon et de yangu, sensibles à l'oxydation, j'ai rajouté de la vitamine E.

 

J'ai composé la phase eau de façon à la rendre traitante grâce aux hydrolats d'hélichryse et de sauge. Je n'avais pas envie de mettre beaucoup d'huiles essentielles dans les ajouts, j'ai donc joué sur les hydrolats.

L'hydrolat d'hélichryse italienne est à la fois activateur de la microcirculation, anti-inflammatoire (adieu rougeurs et irritations), cicatrisant (cool pour les boutons) et astringent (points noirs...). Que demander de plus? Mon hydrolat préféré, particulièrement adapté à mon cas.

Celui de sauge officinale est purifiant et équilibrant, aide à réguler les excès de sébum et assaini la peau. Un duo bingo en somme.

A cela, j'ai ajouté un extrait hydroglycériné maison de fleur de pivoine, calmant, apaisant, de l'allantoïne (calmante, anti-irritations, régule le sébum) et pour finir du gel d'aloe vera et 2% d'urée, pour une bonne hydratation.

 

Au niveau des ajouts, je me suis lâchée. J'ai opté pour un effet exfoliant naturel avec le yaourt en poudre et le lait de chèvre en poudre. Ces deux actifs sont riches en AHA et ont donc une action exfoliante chimique théoriquement anti points noirs et astringente.

Pour un effet peau douce et mieux hydratée, de la soie hydrolysée (protège de la déshydratation et lisse la peau) et de l'absolue de benjoin (cicatrisante, adoucissante, tonifiante cutanée, antiseptique).

Mes armes anti-irritations: un extrait CO2 de grenade aux vertus calmantes et apaisantes. Il est riche en acide punicique, aux propriétés anti-inflammatoires puissantes. Associé à un extrait de bardane, qui active la microcirculation, apaise les irritations, assaini les peaux mixtes.

Pour finir en beauté, de l'huile essentielle de clémentine Corse, purifiante. La seule huile essentielle d'agrume non photosensibilisante, à l'odeur délicieuse de clémentine. Elle a de plus des vertus calmantes et relaxantes sur le système nerveux. En la dosant à 1%, je m'assure ainsi que je la sentirais quand j'appliquerai la crème sur ma peau, et donc que je bénéficierai de ses effets calmants directement. Aromathérapie, me voilà...

A priori, le cahier des charges est rempli. Sans plus tarder, la recette:

Phase grasse (15,5%)

  • 7% olivem
  • 4% huile de yangu
  • 3% huile d'Inca Inchi
  • 1% macérat de lys sur tournesol
  • 0.5% vitamine E

Phase acqueuse (66.1%)

  • 33% hydrolat d'Hélichryse italienne
  • 32.1% hydrolat de Sauge officinale
  • 1% Allantoïne

Ajouts 1 (10%)

  • 3% EHG pivoine maison
  • 2% urée
  • 5% gel d'aloe vera
  •  2% huile de melon du Kalahari

Ajouts 2 (6.4%)

  • 0.5% soie hydrolysée
  • 0.5% absolue de benjoin
  • 1% extrait CO2 de grenade
  • 1% extrait sec de bardane
  • 1% yaourt en poudre
  • 1% lait de chèvre en poudre
  • 0.5% EHG tepezcohuite maison
  • 0.6% Geogard

 

Pazapas:

N'aimant pas beaucoup chauffer mes hydrolats ni mes actifs, j'ai opté pour une nouvelle méthode. Au lieu d'attendre des plombes pour que ma phase acqueuse sont enfin à 70°C, j'ai fait fondre ma phase grasse, et en même temps chauffer ma phase acqueuse dans des récipients séparés. Lorsque la phase grasse a été fondue, j'ai directement incorporé mes hydrolats en fouettant. Puis, à chaud, j'ai rajouté mes ajouts 1. Ainsi, mes hydrolats n'ont pas été chauffés longtemps, et mes actifs 1 (que je met habituellement dans ma phase acqueuse à chauffer) n'ont pas eu le temps de se dégrader à cause de la chaleur. Idem en fait pour l'huile de melon que je sais très sensible: je l'ai intégrée à chaud, une fois l'émulsion montée.

1. Désinfecter ustensiles, contenants, plan de travail et mains.

2. Chauffer la phase grasse et la phase acqueuse.

3. Une fois que la phase grasse est fondue entièrement, faire une émulsion huile dans eau: verser la phase grasse dans la phase acqueuse petit à petit en fouettant sans discontinuer.

4. Fouetter 2 minutes à chaud.

5. Incorporer les ajouts 1 toujours en fouettant.

6. Fouetter encore 2 minutes à chaud puis 5 minutes sans bain marie. 

7. Une fois que l'émulsion est en dessous de 40°C, incorporer les ajouts 2. Pour éviter les grumeaux avec les poudres, j'ai mélangé tous les ajouts 2 ensembles, de façon à former une pâte lisse (ajouter si nécessaire un peu d'émulsion au mélange) que l'on incorpore ensuite facilement à l'émulsion.

 

Verdict:

La texture obtenue est agréable: très fraiche, très légère, colorée en jaune-orange par les différents ajouts.

La crème sent bien fort la clémentine, d'ailleurs un peu trop fort. La prochaine fois, j'utiliserai à seulement 0.5%, et je la couplerait à l'ylang-ylang pour adoucir un peu l'odeur. 

Niveau efficacité, elle est bien hydratante, et en même temps traitante, légèrement exfoliante. Elle ne donne pas d'effet velouté, dommage, mais c'est en toute connaissance de cause que j'ai évité l'ajout de matifiants comme l'oxyde de zinc, car je veux éviter tout ce qui peut boucher les pores. Ma peau ne brille pas spécialement dans la journée, après l'application d'un fond de teint par dessus tout ça.

Je suis bien contente de cette crème, qui a sauvé ma peau des misères qu'elle subissait! A la fois hydratante et traitante, elle s'est révélée unifiante, parfait! 

Partager cet article

Repost 0
Published by AquaLibra - dans Recettes visage
commenter cet article

commentaires

Earendil 16/11/2010 00:50


oh oh, moi aussi j'ai la peau grasse à la base, mais agressée par le temps du moment... très intéressant tout cela! merci :)


AquaLibra 17/11/2010 01:05







saganne 27/10/2010 21:33


J'adore !!! Je la veux !!! je n'ai pas toutes tes huiles exotiques mais je vais vite la tenter !!!
Les conseils d'Irene sont vraiment précieux, je vais de ce pas les mettre à profit, merci à toutes les deux !!
Bisous


AquaLibra 28/10/2010 08:48



tu m'en diras des nouvelles! ;-)



Briny 26/10/2010 23:23


Très jolie crème miss :D


AquaLibra 28/10/2010 08:49







Irene 24/10/2010 18:16


Aucun problème de stabilité.
Va sur mon blog, il y a la dernière faite ainsi et celle qui s'appelle "crème pailletée tilleul trompeur".


AquaLibra 25/10/2010 06:54



Oui, j'avais déjà vu la dernière! je n'aurai donc plus aucun remord, merci! 



Irene 21/10/2010 20:49


Ta recette est magnifique.

Mais sais tu que tu n'as pas besoin avec l'olivem de faire chauffer les autres phases ?
Tu fais fondre l'olivem à chaud dans une phase huileuse (huile ou/et beurre résistant à la chaleur) et tu rajoutes tout le reste à froid. Ça Marche vraiment bien.
Je viens de poster une recette avec cette méthode.

Pour en revenir à ta recette, tu as vraiment bien pensé tous les ingrédients.


AquaLibra 24/10/2010 18:13



alors là, merci Irène! je vais essayer d'incorporer à froid la prochaine fois, j'avoue que ça me retire une épine du pied! Bon de toutes façon, j'attendais plus que les 2 phases soient à 70°C
pour faire l'émulsion, car ça mettait trop de temps à (sur)chauffer la phase acqueuse. Donc ta technique sera tout bénéf! tu n'as pas remarqué d'incidence sur la stabilité de l'émulsion dans le
temps?



...

Recherche

Partenariats

Cosmetons en musique

Découvrez la playlist flore avec Muse